Jean-Gabriel Ganascia

Professeur d'informatique, LIP6, University Pierre et Marie Curie

Titre : De Big Data à Big Brother : l’éthique des données revisitée.

Slides : slides.pdf

Résumé :

Les masses de données (ce que l’on appelle couramment aujourd’hui les Big Data) ne se caractérisent pas tant par une grande quantité d’information que par un mode d’acquisition à la fois continu et distribué et par des techniques de traitement opérant sur la totalité des données acquises, sans échantillonnage. Or, par nature, cela contrevient aux principes classiques d’éthique des données, en particulier à ceux posés par la CNIL en France — Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés — ou à ceux que l’on range sous le sigle PAPA — Privacy, Accuracy, Property, Accessibility —. Ainsi, les notions de finalité et de proportionnalité auxquelles recourt la CNIL n’ont plus de sens, puisque les masses de données reposent sur une acquisition systématique de toutes les informations, sans intention d'usage posée a priori, et sur leur partage. De même, les questions de propriété des données, de maîtrise sur ses données personnelles, d’exactitude (accuracy en anglais) des données se posent dans des termes nouveaux avec les masses de données. Par ailleurs, de nouvelles questions surgissent. En particulier, le principe du partage des données qui paraît, au premier abord, comme mû par une générosité bienfaisante, peut devenir inéquitable. Toute cela conduit, nécessairement à revisiter les fondements sur lesquels reposait l’éthique des données jusqu’ici.